y voir et lire

LIRE AUSSI

Premier Voyage

Il avait plu longtemps.
Au premier signe du soleil ils avaient mis les bottes.
La porte de la maison d’abord, puis celle du jardin, et ils avaient marché sur le trottoir, bien après le petit bosquet qui marquait l’habituelle promenade.
Ils s’étaient arrêtés entre deux flaques, en surplomb du caniveau , là où la rivière est la plus large.
L'homme ne riait pas mais si le voisinage à ce moment avait vu, chacun aurait perçu la malice qui l’animait.
Du regard il scruta les flots au-delà du point que personne ne peut voir.
Puis il plongea la main dans sa grande poche, et à la manière d’un magicien, comme on tire un pigeon de nulle part, elle apparaît découpée sur le ciel…
Une feuille de journal.
Une grande, comme avant.
Sous les yeux de l’enfant ses grands doigts de savant la plient en secrètes diagonales. Les lignes forment zigzags, le rectangle un chapeau, le chapeau un carré, puis un chapeau encore, plus petit celui là , il en écarte les bords, les pince et souligne sous le pouce et l’index et s’arrête.
Il s'attarde dans les yeux de l’enfant haletant, s’y baigne un instant, et sans regarder, déplie le petit carré de papier. Lentement.
C’est un bateau !
Un vrai, avec une voile pour le vent et sa coque pour les eaux.
Pour naviguer !
Et l’enfant navigue !
Il manoeuvre en courrant, affronte les rapides, les creux et les faîtes, tient le cap d’un petit coup de doigt, et s’en va en voyage, plus loin que l’endroit que personne ne peut voir, qu’aucun rêve ne dévoile.
C’est son premier voyage. Hier c’était un toboggan… demain ….
Demain, il ne sait pas.
Pas encore.

© Marc Heddebaux 2005