y voir et lire

LIRE AUSSI

Poème

Poème à maudire et pâlir sous un drap et blêmir, haïr ton absence. Un vide, le rien profond d'une trace, un vide, là, fatigué d'attendre là, comme le ventre à remplir du délié d'un poème à maudire. Ton absence, mon corps. Et puis rien. Encore. Que le vide à maudire et dedans des mots sans forme s'amoncelant se collent en poème informe, en poème à fuir sous un drap pour écrire au bistre gluant l'absence insensée de ton corps. Poème gluant des absences s'amoncelant, poème insensé des vides meurtris, des ventres s'accolant, déliés, informes et absents. Poème difforme aux effluves de peur, relent tremblant, ancrant, vrillant sous un drap d'une encre pâle, là, le vide exsangue de ton corps absent. Ton absence, mon corps.
Poème pour haïr le vide à maudire.
Pour attendre.
Et puis rien.

© Marc Heddebaux 2005